Actualités

 

 

 

HOMMAGE A MINOUTE

 

 

Minoute, petite chatte libre du refuge, née en 1999, avait trouvé refuge avec sa copine Vitamine chez une bénévole. Elle s’est éteinte il y a quelques jours. Voici le message qu’adresse sa FA/

« La vieillesse a emmené notre petite Minoute... Elle s'est éteinte tranquillement en s'endormant dans son panier pour aller rejoindre sa copine Vitamine.

Une petite année parmi nous et un grand vide.

Ça a été un vrai bonheur de pouvoir lui offrir un coin au chaud pour sa petite retraite. »

 

 

 

Ne laissons pas Flop débuter une 5ème année derrière les grilles du refuge. Diffusons et partageons pour lui un maximum.

Il le mérite tant !

 

 

Les FIV + : des chats tout simplement

 

 

 

Disons les choses d’emblée : le FIV ou virus de l’immunodéficience féline n’est pas transmissible à l’homme ni aux autres espèces animales. Le virus se transmet de sang à sang ou de salive à sang mais pas de salive à salive. La plupart du temps, il est transmis par des morsures ou des griffures profondes lors de bagarres ou de rapports sexuels. Le virus est très fragile et ne résiste pas longtemps hors du corps de l’animal. Les contaminations à distance ne sont donc pas possibles.

 

Après avoir été contaminé, le chat peut ne jamais s’en rendre compte et le virus rester inactif toute sa vie. En revanche, si le FIV se déclare, ses défenses immunitaires étant diminuées le chat est plus sensible aux infections et aux maladies opportunistes.

Quoiqu’il en soit, un chat porteur du FIV peut vivre aussi vieux qu'un chat non porteur. Pour cela, il suffit de prendre quelques précautions, de faire attention à ce qu'il ne sorte pas ou alors dans un cadre délimité. Encore plus que pour les autres chats, il faut bien penser à vermifuger et traiter son chat contre les puces, tenir à jour le calendrier de vaccinations et lui proposer une alimentation de qualité. Il peut très bien vivre en bonne compagnie avec des chats non porteurs du virus s'il y a une bonne entente entre eux.

 

Malheureusement les préjugés et les a priori ont la vie longue et beaucoup considèrent encore que les chats FIV + sont des chats malades à la durée de vie courte. Il faut bien avoir à l’esprit qu’un chat négatif un jour peut être positif le lendemain sans que personne ne le sache. De nombreux chats de famille qui ont accès à l’extérieur ont pu être griffés lors d’une bagarre et ainsi contaminés puisqu’il n’existe aucun vaccin à ce jour empêchant la contamination. Ils n’en demeurent pas moins les mêmes chats, les mêmes compagnons aimant et aimés.

 

Les chats positifs qui arrivent au refuge se révèlent même souvent plus sympas et doux que certains de leurs congénères négatifs. Parmi eux, nombre d’entre eux ont vécu à la rue avec tout ce que cela implique, l’errance, la fatigue, l’insécurité constante, la lutte pour survivre. Le refuge est alors pour eux un abri où, en sécurité, ils vont pouvoir se poser, se reposer, se détendre, un havre où ils découvrent ou redécouvrent le plaisir de côtoyer des humains doux, bienveillants et caressants.

 

Ces chats méritent tout autant que les autres une vie longue et heureuse. Leur donner la mort comme le font de nombreux vétérinaires est absurde et intolérable. Ne pas leur ouvrir les portes de leur refuge comme le font de nombreuses associations est injustifiable. Ne pas les prendre en considération et regarder ailleurs comme le font de nombreux adoptants potentiels est blâmable. Puisque oui, ces chats porteurs du FIV sont des chats comme les autres, des chats tout simplement.

 

 

 

 

 

nous recherchons une Famille d'accueil pour

 

PATTIE

 

Croisée labrador / berger, née en mai 2011.

 

(au refuge depuis le 04/09/2015).

 

Abandonnée suite à un déménagement, Pattie est une chienne dominante, joueuse et exclusive. Très sensible, Pattie était à son arrivée au refuge très méfiante et stressée ; quelques jours d’attention et de présence auprès d’elle ont toutefois suffi à ce qu’elle se détende et qu’elle nous accorde sa confiance. Avec Pattie, il faut allier la douceur et la fermeté mais à tout prix éviter les gestes brusques.

Pattie aime partir en balade en forêt. Obéissante, elle marche très bien en laisse. Au parc, elle se défoule et s’amuse comme une folle avec sa balle tout en recherchant beaucoup le contact. Lorsque son copain de box tente de lui prendre sa balle, elle se montre vite intraitable et ne le laisse pas faire.

Pattie s’entend bien avec ses congénères mâles et semble avoir peur des chats. Pattie aura besoin de beaucoup de présence et d’activités. Les enfants en bas âge sont à éviter.

Maison avec jardin indispensable.

 

Des investigations vétérinaires ont permis de déceler chez Pattie de graves problèmes cardiaques. Pattie a besoin de vivre dans le calme et l'agitation du refuge ne peut qu'aggraver son état. Aussi recherchons-nous au plus vite une Famille d'Accueil pour elle.

 

Triple peine pour les chiens catégorisés !

 

Ils sont victimes du virilisme ambiant de notre société qui fait que certains individus en font des instruments de puissance attachés au bout de leur bras, victimes de préjugés de nombreuses personnes qui les perçoivent comme dangereux, victimes des pouvoirs publics qui, en les catégorisant, a conforté dans la loi ces préjugés.

 

Et pourtant ces chiens ne sont ni plus ni moins dangereux ou agressif que les autres et méritent tout autant que les autres la douceur et la chaleur d’un foyer. Comme tous les chiens, ils deviennent ce que les humains les poussent à devenir.

 

Kalya, Freeman et Face ont énormément d’amour à donner. Nous qui, au refuge, les côtoyons au quotidien, nous voyons qui ils sont : des boules d’amour, toujours prêtes pour les séances de câlins, des loulous qui vous lancent de tristes regards si vous passez devant eux sans une marque d’attention, des pensionnaires qui n’ont qu’un souhait, avoir enfin leur famille bien à eux.

 

Donnezleur cette chance, venez à leur rencontre, à coup sûr, ils vous feront craquer.

 

 

 

 

Les pensionnaires félins du refuge tirent la sonnette d'alarme: de moins en moins de bénévoles viennent les papouiller et ils sont en manque de câlins.
Aussi, si vous avez du temps libre et que vous voulez vous dévouer à nos compagnons félins, n'hésitez pas, venez dans notre refuge pour proposer vos services bénévoles de "câlinothérapeute". Nos pensionnaires chats vous en sauront grandement reconnaissants.

 

Pour devenir bénévole, il vous suffit de vous présenter à l’accueil du refuge pour signer la charte du bénévole. Il vous sera demandé d'adhérer à l'association (cotisation annuelle de 20€), une pièce d'indentité et une attestation de responsabilité civile).

Les raisons pour venir chercher votre futur compagnon dans un refuge :

  • Adopter un animal dans un refuge, c’est libérer une place pour un autre animal en attente de solution. Les refuges ont un nombre de places limité et ne peuvent répondre à toutes les demandes. Chaque adoption permet ainsi de sauver un autre animal.
  • Adopter un animal dans un refuge et non l’acheter dans une animalerie ou un salon animalier parce que l’animal n’est pas une marchandise qui s’achète, se vend, se jette selon l’humeur du moment. Acheter en animalerie est, à l’inverse, une manière de cautionner cette « chosification » de l’animal et de permettre à un marché très lucratif et révoltant de se développer. Pensez aux conditions insupportables d’élevage intensif que ces commerçants font subir à ces animaux de compagnie. Pensez au sort réservé aux animaux « invendus ».
  • Adopter un animal dans un refuge et non l’acheter ou l’acquérir gratuitement chez un particulier parce qu’il faut enrayer la surpopulation animale. Prendre son animal chez un particulier est une manière de cautionner le défaut de stérilisation ; cela encourage ces personnes à laisser leur animal se reproduire.
  • Adopter dans un refuge, c’est accepter de croiser un cabossé de la vie, un chien, un chat, là sans savoir pourquoi ; c’est créer un contact avec lui, même s’il n’est pas le plus beau, s’il nous semble âgé, trop craintif ou trop exubérant ; c’est changer de regard et finalement décider que ce sera lui notre futur compagnon. Et quelques temps plus tard, c’est se dire : « c’est une des plus belles rencontres de ma vie ».
  • Adopter dans un refuge est un acte de bienfaisance et militant. Les refuges regorgent d’animaux de toute sorte, de toute taille, de tout âge. Rendez-vous-y, vous trouverez à coup sûr votre futur compagnon.