Actualités

Hommage à Noisette

 

 

Notre gentille et douce petite Noisette s'est éteinte. .

Arrivée chez nous très mal au point, souffrant d'une insuffisance rénale sévère, nous lui avons trouvé une famille d'accueil.

Noisette a pu vivre ses dernières semaines au chaud dans un foyer, à profiter du soleil et de longs câlins.

Un grand merci à M. et E. pour lui avoir ouvert la porte de leur foyer.

 

Nous ne t'oublierons pas gentille et douce Noisette.

 

En cette période de fêtes de fin d'année, soutenez notre refuge en faisant un don. Nos protégés comptent sur vous.

 

 

Une bénévole de notre refuge a déployé ses talents de coututière pour façonner des petits chats en peluche.

Ils sont en vente au profit de nos animaux au prix de 5 euros pour les grandes et 3 euros pour les plus petites.

 

Abandonner dans un refuge: un acte toujours condamnable ?

 

Nous sommes très souvent outrés et révoltés par le comportement de ceux qui abandonnent leur animal. Les raisons alléguées sont parfois tellement extravagantes qu’elles nous laissent pantois : « je n’ai pas d’affinité avec lui », avons-nous entendu il y a peu. La plupart du temps, les raisons de l’abandon ne sont pas dites clairement, la honte l’empêchant de le faire. Ce sont souvent des personnes irresponsables, qui ne considèrent pas les animaux comme des êtres sensibles, des membres de la famille mais comme des objets qu’ils ont acquis à un moment donné pour satisfaire une envie, un désir momentané, un caprice. Dans ces cas là, les abandons ne sont pas, la plupart du temps, assumés mais accomplis en catimini et parfois même sans fard.

D’autres fois encore, des personnes voient leur vie changer (rythme, lieu de vie) et ne veulent pas faire l’effort de tenter d’adapter leur compagnon à ce changement ; l’abandon leur apparaît alors comme la solution la plus simple, voire la seule solution. Pourtant, on connaît la capacité d’adaptation dont savent faire montre nos compagnons. Les problèmes de comportement peuvent souvent être résolus. Beaucoup d’amour et d’attention peuvent régler bien des situations.

 

Malgré tout cela, il faut bien admettre que l’abandon n’est pas toujours blâmable, n’est pas toujours le fait de personnes irresponsables ou capricieuses. Nous rencontrons parfois des personnes anéanties à l’idée d’abandonner leur animal.

Les refuges prennent parfois en charge des animaux qui ont eu jusqu’alors une vie heureuse, qui ont été choyés et aimés comme ils le méritent et dont les maîtres se séparent pour cause de maladie invalidante, d’hospitalisation, de départ en maison de retraite (lesquelles pour la plupart n’autorisent pas la présence de nos amis à 4 pattes) ou de décès. Ces animaux sont abandonnés mais au grand dam de leur famille. Les maîtres sont parfois dévastés à l’idée de passer à l’acte. Récemment, une femme qui partait vivre en maison de retraite a dû se séparer de son chat âgé de plus de 10 ans qu’elle adorait mais qu’elle ne pouvait pas, à son grand désarroi, prendre avec elle. C’est l’un de ses voisins qui a pris contact avec nous et nous l’a confié, non sans inquiétude et non sans demander à être prévenu dès que le chat aurait retrouvé un foyer. Dans ce cas tout s’est passé rapidement, le siamois a été adopté dans la semaine et l’homme a pu très vite rassurer sa voisine, très inquiète de ce qu’allait devenir son beau chat siamois.

Parfois des problèmes financiers aigus voire insurmontables poussent certains à franchir le pas et à nous confier leur compagnon. Dans ce cas, l’abandon est un acte réfléchi, fait pour le bien de l’animal. Récemment une famille qui avait dû partir vivre en caravane s’est séparée de ses quatre chiens dont deux âgés de plus de dix ans car elle ne parvenait plus à assumer financièrement leur entretien. N’ayant pu trouver d’autres solutions, elle nous les a confiés. Les quatre chiens ont donc fait leur entrée au refuge. Ils ont tous les quatre trouvé une famille très rapidement. Rien d’étonnant à cela, tant ils étaient équilibrés et sociables, tant on voyait qu’ils avaient été choyés et aimés.

Récemment encore, une personne qui avait tout tenté pour que sa petite chienne, extrêmement énergique, s’adapte à une vie en appartement, ne voulait pas l’abandonner et proposait de la donner sur un site d’échange entre particuliers. Alertés, nous avons pris contact avec elle et l’avons convaincue qu’il serait préférable pour la chienne d’être confiée à un refuge, arguant qu’elle y serait en sécurité et qu’on lui trouverait une famille à même de gérer son tempérament plutôt que de la donner au premier venu, sans savoir ce qu’il adviendrait d’elle.

 

Aussi, gardons-nous de condamner d’emblée tous les abandons. Les choses peuvent être plus compliquées qu’elles n’y paraissent. Les refuges se doivent d’accueillir avec respect toutes ces personnes qui abandonnent mais la mort dans l’âme, pour le bien de leur animal et non pour des raisons de convenance personnelle.

 

 

Une bénévole de notre refuge a déployé ses talents et son imagination pour rénover les niches et les cabanes en bois de nos chats.

Le résultat est épatant. Nos chats vont pouvoir y trouver refuge et ainsi aborder l'hiver bien au sec.

 

Pourquoi venir chercher votre futur compagnon dans un refuge ?

Les raisons pour venir chercher votre futur compagnon dans un refuge :

  • Adopter un animal dans un refuge, c’est libérer une place pour un autre animal en attente de solution. Les refuges ont un nombre de places limité et ne peuvent répondre à toutes les demandes. Chaque adoption permet ainsi de sauver un autre animal.
  • Adopter un animal dans un refuge et non l’acheter dans une animalerie ou un salon animalier parce que l’animal n’est pas une marchandise qui s’achète, se vend, se jette selon l’humeur du moment. Acheter en animalerie est, à l’inverse, une manière de cautionner cette « chosification » de l’animal et de permettre à un marché très lucratif et révoltant de se développer. Pensez aux conditions insupportables d’élevage intensif que ces commerçants font subir à ces animaux de compagnie. Pensez au sort réservé aux animaux « invendus ».
  • Adopter un animal dans un refuge et non l’acheter ou l’acquérir gratuitement chez un particulier parce qu’il faut enrayer la surpopulation animale. Prendre son animal chez un particulier est une manière de cautionner le défaut de stérilisation ; cela encourage ces personnes à laisser leur animal se reproduire.
  • Adopter dans un refuge, c’est accepter de croiser un cabossé de la vie, un chien, un chat, là sans savoir pourquoi ; c’est créer un contact avec lui, même s’il n’est pas le plus beau, s’il nous semble âgé, trop craintif ou trop exubérant ; c’est changer de regard et finalement décider que ce sera lui notre futur compagnon. Et quelques temps plus tard, c’est se dire : « c’est une des plus belles rencontres de ma vie ».
  • Adopter dans un refuge est un acte de bienfaisance et militant. Les refuges regorgent d’animaux de toute sorte, de toute taille, de tout âge. Rendez-vous-y, vous trouverez à coup sûr votre futur compagnon.

 

Nos loulous disent un grand merci à toutes les personnes qui ont entendu leur appel en leur offrant des balles.

Comme quoi, il ne faut pas grand chose pour les rendre heureux.

 

Nos loulous réclament à cor et à cri balles et ballons.

Si vous en avez dont vous ne vous servez pas, même usés, n'hésitez pas à nous en faire don.

A coup sûr cela réjouira nos pensionnaires.

 

Tous ces loulous sont dans notre refuge depuis plus d'un an.

Dindo, Dias et Flop étaient même déjà là en 2012.

Nous nous occupons bien d'eux, les choyons mais cela ne remplace pas un doux foyer et le temps commence à être long pour eux.

Venez à leur rencontre, vous découvrirez peut-être votre futur compagnon.

 

Notre refuge participe à l'opération Doyens de la Fondation 30 Millions d'Amis relative à l'adoption d'un chien âgé de 10 ans au moins.

Si vous adoptez un de nos doyens, le frais d'adoption sont réduits à 50 euros.

Les frais vétérinaires engagés pour l'animal sont pris en charge par la Fondation 30 Millions d'Amis à hauteur de 600 euros.

Alors n'hésitez pas, adoptez un doyen !

 

 

Nos chats tigrés restent souvent bien plus longtemps que leurs congénères au refuge. Sonvent considérés comme des chats "communs", "quelconques", ils ne sont pas regardés avec toute la considération qu'ils méritent. Ils sont pourtant tous différents, avec des robes très différentes les uns des autres et un tempérament propre à chacun.

N'hésitez pas, venez à leur rencontre et laissez-vous charmer.