Le virus de l'immunodéficience féline (FIV)

 

Un chat dont le test FIV s’est révélé positif n’est pas malade mais porteur du virus.
Il peut vivre autour de 10 ans sans symptômes. Quand le FIV se déclare, le chat est alors plus sensible aux infections.

FIV signifie « Feline Immunodeficiency Virus » ou Virus de l’Immunodéficience Féline. Un test sanguin permet de déterminer si le chat est positif (et donc porteur du virus) ou négatif.

Comment le virus se transmet-il ?

Le virus de l’immunodéficience féline n’est pas transmissible à l’homme ni aux autres espèces animales. Le virus se transmet de sang à sang ou de salive à sang mais pas de salive à salive. La plupart du temps, il est transmis lors de morsures ou de griffures profondes. Le virus est très fragile et ne résiste pas longtemps hors du corps de l’animal. Les contaminations à distance ne sont donc pas possibles.

Evolution de la maladie et symptômes :

Le « SIDA des chats » est provoqué par un virus (rétrovirus FIV) qui s’attaque aux défenses immunitaires de l’animal. Comme dans tout système de défense, si celui-ci est endommagé, les attaques extérieures sont plus faciles. Les symptômes constatés sont donc les symptômes d’autres maladies.

Phase 1 : cette phase qui dure autour de 2 mois est presque inaperçue. Le chat est victime de fièvre, d’une diminution de ses globules blancs, d’une augmentation de la taille de ses ganglions lymphatiques.

Phase 2 : Une fois cette phase passée, le chat peut rester très longtemps sans symptômes c’est ce qu’on appelle la phase asymptomatique ou phase latente. Elle peut durer des semaines, des mois et, même, des années avant que ne surgissent les complications. Pendant cette période, le virus continue, néanmoins, d’attaquer le système immunitaire.

Phase 3 : le chat devient malade. Le virus détruit les globules blancs (cellules qui permettent de se défendre contre les maladies). Cette baisse des défenses immunitaires rend le chat très sensible aux microbes même les plus anodins.

Le chat développe des maladies très variées : des symptômes généraux (comme la fièvre, un amaigrissement), des inflammations touchant les oreilles, les yeux, les gencives, la cavité buccale, une augmentation des ganglions, des diarrhées chroniques, des insuffisances rénales, des abcès cutanés, des infections respiratoires, des troubles nerveux et, en phase terminale, un affaiblissement généralisé conduisant à la mort de l’animal.

Comment allonger la phase asymptomatique chez le chat FIV + ?

  • Vermifuger et traiter son chat contre les puces régulièrement pour limiter les risques parasitaires et l’affaiblissement.
  • Tenir à jour le calendrier des vaccinations.
  • Tenir son chat à l’intérieur pour limiter les blessures et contaminations par d’autres maladies.
  • Donner une alimentation de qualité pour renforcer l’organisme.
  • Amener son chat régulièrement chez le vétérinaire et plus particulièrement lors de soucis de santé, même minimes (chez un chat FIV +, un petit rhume peut s’aggraver rapidement).